Entre acédie et mélancolie, pistes «sardes» de réflexion