Quelques remarques linguistiques sur la pièce al-Baxīl de Mārūn Naqqāš