LA PRISE EN COMPTE DES FAITS DE L’ESPECE DANS L’INTERPRETATION DE LA LOI PAR LE JUGE CONSTITUTIONNEL